Navigation – Plan du site

Des catégories à l'œuvre

Dossier coordonné par Giuseppe Di Liberti et Philippe Rousseau
Contact : cadregenrecat(arobace)gmail(pt)com

Résumé

Appel à articles pour le numéro 11 d'Images Re-vues, ouvert jusqu'au 30 juin 2012 (pour le rendu des articles eux-mêmes, nous contacter auparavant pour les propoositions d'articles).

Haut de page

Faisant usage de l’écrit pour analyser l’ordre des images, nous traversons à chaque fois un milieu pour accéder à un autre, utilisant les images du langage pour deviner les langages de l’image ou de l’objet. C’est ainsi que nous établissons des catégories, que nous reconstituons des genres, que nous définissons des cadres ou que nous décrivons des registres de la représentation, pour que ce dont nous parlons corresponde à ce que nous voyons, ou croyons voir. Ce numéro cherche à cerner, dans le discours explicite ou implicite, sur l’art ou l’image, la nécessité de la catégorisation.

Pour partir d’un exemple dont l’évidence masque la nécessité discursive qu’il entoure, le cadre forme la syntaxe d’un croisement entre catégorie et image. Il apparaît avec la fenêtre perspective, le triomphe de la maniera moderna, et la définition simultanée de l’archaïque et du maniériste  ; il affirme le médium et son art. Alors que le peintre se veut libéral, sa pratique encadrée fera système dans l’ordre des Beaux-arts, celui-là même que le modernisme remettra en cause pour imposer son historicité et ses structures (qui reconduisent sans doute la nécessité du cadre, pensons à l’impératif des manifestes ou à l’englobant neutre du white cube). Et passé le comble d’une post-catégorie, nous cherchons souvent, aujourd’hui, à revenir à la stabilité d’une description de l’œuvre par son médium. Ailleurs, à l’occasion des représentations d’avant la spéculation renaissante, ou du «  dehors  » de cultures parallèles à la nôtre, d’autres questions se soulèvent, faisant appels à des savoirs qui prennent le relais de l’histoire de l’art mais restent probablement marqués par nos façons de voir.

Si les visual studies déchiffrent des catégories directement au travail dans l’image pendant que l’esthétique cherche à lire celles qui forment, à travers l’histoire et la pensée, l’œuvre d’art, il s’agirait ici, en tenant compte de ces précédents, de se focaliser sur l’équation qui voit l’œuvre – ou le rituel, le rêve ou le débordement psychotrope – comme résultat d’une combinaison de l’image ou de l’objet avec la catégorie. À quels moments nos données, exposées à des choix épistémologiques pratiques, bousculent le plan de leur analyse jusqu’à une possible altération du «  sujet  »  ?

Il y a probablement du genre, du cadre ou de la catégorie en jeux dans chacune de nos études. Et ce dossier d’Images Re-vues rassemblerait, depuis l’objet ou l’image – ou depuis les différences entre image et objet alors transformées en «  catégories  »  –, des exemplifications de ces détours où affleure ce qui interroge et justifie nos disciplines et nos typologies.